Revue de la ScreenBar de BenQ : Pourquoi personne n’y a pensé plus tôt ?

La ScreenBar est la « lampe de bureau » ultime pour ceux qui n’ont que peu ou pas de place à leur bureau ou qui ont plusieurs écrans.

Dans la catégorie « Bon sang, pourquoi personne n’y avait pensé avant ? », on trouve la simple mais impressionnante ScreenBar « lampe de bureau » de BenQ. C’est la meilleure réponse pour ceux qui n’ont que peu de place sur leur bureau.

Pourquoi personne n’y a jamais pensé avant ? Aucune idée. La ScreenBar consiste en une rangée de LED dans un tube en aluminium de 18 pouces et dont le diamètre tourne autour d’un ¾ de pouce. Le tube se clipse à l’aide d’une monture en contre poids, pour trôner sur le haut de votre écran. Le tube en entier peut se pencher de quelques degrés et vous pouvez aussi jouer sur l’angle d’éclairage en bougeant un peu la monture sur l’écran.

L’éclairage était assez uniforme et facile à ajuster pour qu’il ne brille pas sur l’écran.

Nous avons installé la ScreenBar sur un vieil écran Dell 3008WFP. C’est un vieil écran de 30 pouces, plutôt épais, nous pensons donc que la ScreenBar devrait marcher sur la plupart des écrans actuels. Vous devrez de toute façon pousser la web cam de votre écran sur le côté.

La sortie d’éclairage est bien orientée et crée une bande qui peut être dirigée pour ne pas être sur l’écran et juste éclairer votre bureau et votre clavier. Bien que directionnelle, la qualité de la lumière est très uniforme, sans marquer de points particuliers.

La ScreenBar est complètement alimentée par l’USB et nous avons mesuré sa consommation à moins de 4,5 watts avec la luminosité maximum. L’alimentation par USB est bien pensée, car vous n’avez ainsi pas de prise murale à sacrifier et la lampe s’allume dès que l’appareil est sous tension (plus de détails plus tard).

BenQ a inclus un câble de 60 pouces USB-A-to-Micro-USB. Cela fonctionnera pour la plupart des installations, mais si vous pensez le relier à votre tour au sol, cela sera trop court. La majorité le branchera sur l’écran ou sur des ports tout en un.

La lampe dispose de quatre touches de contrôle sur le haut : un bouton d’alimentation, une fonctionnalité de luminosité automatique, un contrôle de la luminosité et un contrôle de la température des couleurs. La luminosité varie entre une sortie maximum très correcte de 320 lumens et une basse qui bien fonctionne bien la nuit.

Nous pensons que l’éclairage utilise la stroboscopie ou les pulsations pour varier les perceptions de lumière, comme la plupart des LED, mais nous n’avons pas pu le détecter. La caméra Sony que nous avons utilisé pour la prendre en photo n’a pu capturer d’effets particuliers dans une gamme qu’elle peut capturer normalement (l’appareil est particulièrement sensible au PWM à basse fréquence qui peuvent causer des tensions oculaires.) Donc peu importe la technique qu’utilise BenQ, cela semble très efficace.

Quatre boutons tactiles sont placés sur le haut de la ScreenBar et vous permettent de régler la température de la couleur et la luminosité ainsi que de sélectionner un paramétrage automatique et d’accéder à l’alimentation.

La température de la couleur peut varier entre un 6500K très « froid », ou un bleu, et un chaud 2700K. La ScreenBar y arrive en faisant fonctionner des LED teintées en chaud à côté de LED standards. Lorsqu’elle est réglée sur le plus chaud 2700K, les LED les plus bleutées sont peu ou prou désactivées et vous obtenez ainsi moins de lumière sur le réglage le plus chaud. C’est probablement correct car la plupart vont utiliser le réglage chaud pour la fin de journée. Les réglages entre le chaud et le froid mélangent les deux types de LED pour obtenir la température que vous voulez.

La ScreenBar de BenQ mélange des LED chaudes et des LED plus froides

Les LED elles-mêmes sont classées à « plus de 80 » sur le Color Rendering Index (Indice de rendu de couleur).C’est à peu près le standard des LED actuellement. La plupart des LED « High CRI »- qui rendent une lumière proche du spectre complet d’une lampe à incandescence- montent au-delà de 90. Cela peut décevoir les aficionados des températures de lumière, surtout au vu du prix de la ScreenBar, mais pour la majorité des gens, c’est un bon résultat.

Le bouton de luminosité automatique contrôle la sortie en se basant sur un capteur photo monté directement sur le haut de la barre. Ce mode automatique est un peu brillant pour nous, mais ce qui est vraiment décevant c’est que le mode auto n’intègre pas des paramètres rentrés manuellement par l’utilisateur pour choisir une température de couleur. Rapporté à l’ensemble, ce n’est pas rhédibitoire, mais c’est une chose à savoir.

Nous devons aussi préciser que si les utilisateurs envisagent de se servir de la ScreenBar en la branchant sur un port USB de leur écran ou de leur PC, cela peut être un problème si elle est la seule source de lumière de la pièce. Une fois que vous avez éteint l’ordinateur, la lumière va s’éteindre et tout plonger dans le noir. (A noter que la ScreenBar « enregistre » sa dernière mise en place même lorsque le courant est coupé).

La puissance est annoncée comme étant à moins de 5 watts, ce que nous avons pu vérifier durant nos tests.

Cette mise en garde mise de côté, la ScreenBar est une solution brillante et d’une simplicité enfantine pour ceux qui n’ont que peu d’espace de travail. Bien sûr, vous pouvez bidouiller un montage avec des LED le long de votre écran ou acheter un gadget assimilé, mais ils auront pâle figure face à l’efficacité de la ScreenBar.

La seule chose qui aurait pu rendre la ScreenBar meilleure aurait été un mode qui honore la tendance actuelle dans le domaine du gaming : le RGB. Sans avoir à copier la consommation lumineuse de Las Vegas, mais deux modes « gaming » à basse luminosité, avec du vert et du rouge aurait été sympa. Mais c’est simplement histoire d’ergoter.

Par ailleurs, les $99 à payer pour l’obtenir peuvent peut-être refreiner vos ardeurs. Si vous voyez la ScreenBar comme un simple tube à LED, ca paraitra beaucoup d’argent. Si vous pouvez apprécier tout le génie de cette solution plus que pratique, le prix vous semblera seulement légèrement gonflé. Nous, nous sommes conquis.

La ScreenBar a un certain coût, mais est aussi vraiment ingénieuse. Ses points négatifs sont qu’elle coûte cher et qu’elle bloquera la majorité des webcams.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *